LE SON DE LA VOIX ET LES ARTS DE LA PAROLE

Anthropologie et linguistique
Convergences et recherches actuelles

Michel de Fornel
Maud Verdier,
Maître de conférences à l'Université Paul Valéry Montpellier 3
Francis Zimmermann

1er et 3e mercredis du mois de 13 h à 15 h
du 4 novembre 2020 au 19 mai 2021

Prochain séminaire

Mercredi 6 janvier 2021

Sur La tâche du traducteur de Walter Benjamin

A ce moment de notre parcours, ce texte nous intéresse pour au moins trois raisons. C'est d'abord une référence importante pour notre séminaire, car la problématique de la Répétition est au cœur de ce texte (la traduction comme répétition). Pour Francis Zimmermann ensuite, en prolongement des séminaires précédents, le contexte d’énonciation de ce texte publié en préambule à la traduction allemande par Benjamin des Tableaux parisiens de Baudelaire est significatif, parce que la traduction de Baudelaire fut comme une première répétition dans la gestation du Livre des passages. Enfin pour nous aider dans la lecture de ce texte philosophique assez difficile, nous disposons de l’admirable commentaire d’Antoine Berman dans son livre posthume, L’Âge de la traduction (Presses Universitaires de Vincennes, 2008), suivi de la nouvelle et remarquable traduction procurée par Martine Broda qui a bénéficié du commentaire de Berman pour corriger toutes les erreurs et omissions de la traduction Maurice de Gandillac.

Walter Benjamin, La tâche du traducteur, traduit par Martine Broda, dans la revue Po&sie, N°55, Année 1991. En accès libre sur internet.

**************

La problématique de l'année 2020-2021

La problématique d'ensemble des séminaires de cette année, croisant l'anthropologie, la sociolinguistique et la philosophie, fera converger les recherches actuelles sur le récit et particulièrement les récits d'expérience personnelle, les répétitions au théâtre, en particulier dans l'écriture de plateau;, et leur équivalent dans la composition rhapsodique d'œuvres littéraires transgressant les frontières entre l'écrit et l'oral, la fiction et la réalité, le récit et le discours.

Nous cheminerons sur deux axes en suivant cette année deux fils rouges. Le premier est un rapprochement entre deux types de formes, d'une part les grandes formes comme l'épopée ou le roman et d'autre part les formes brèves comme les récits d'expériences personnelles. C'est ainsi que dans une première séquence de séminaires jusqu'à Noël, chaque séance associera une intervention de Michel de Fornel sur les formes brèves, les récits d'expériences personnelles, et une intervention de Francis Zimmermann sur les grandes formes de récit, en littérature, que ce soit ou non dans une œuvre de fiction.

Le deuxième axe de notre réflexion nous portera à étudier les transformations du récit. C'est ainsi que Maud Verdier, après Noël, présentera son travail sur les répétitions au théâtre et montrera comment des récits qui ont émergé lors d'improvisations sont repris dans «l'écriture de plateau», l'écriture proprement théâtrale.